Une histoire de lit incliné

Une histoire de lit incliné

Dès que j’ai pris connaissance du « lit Fletcher », ma curiosité m’a poussé à tenter l’expérience, par rapport à mes problèmes de jambes douloureuses, et rhinite principalement. J’ai commencé modestement en plaçant un livre sous les deux pieds de lit, à la tête bien évidemment. En augmentant progressivement la hauteur au fil des jours, mon lit incliné est arrivé à être perché à 12 cm, ce que, pour ma part, j’ai trouvé suffisant (le lit Fletcher est incliné à 15 cm environ pour obtenir un angle de 5° d’inclinaison entre tête et pied de lit).

L’inclinaison sous entend une adaptation, c’est pourquoi il est souhaitable de procéder progressivement !

Par contre, pour ma part, les bénéfices ont été immédiats : jambes légères et écoulement nasal très fortement diminué, et d’autres améliorations à caractère moins médical.

Devant renouveler ma literie, et après quelques recherches infructueuses, j’ai eu le plaisir de faire réaliser mon lit par Mr Ott, qui connaissait le lit Fletcher, et qui a conçu ma literie dans cet esprit: sur-élévateurs amovibles hauteur personnalisée pour les deux pieds de lit à la tête, butée en bois pour éviter le glissement du matelas, et positionnement de velcro au niveau du sommier.

Avec ces aménagements, j’ai pu à la fois profiter du confort exceptionnel et de grande qualité de cette literie tout en étant sur un lit incliné à ma convenance personnelle.

Après un an de lit incliné, j’ai souhaité redescendre.

Ainsi, depuis quelques mois, je dors à plat, mais pour l’instant, mes petits soucis circulatoires et autres ne sont pas revenus. Je sais que, grâce aux pieds amovibles, j’aurai la possibilité de faire à ma convenance des périodes en lit incliné, en respectant mes ressentis.

Jeannine V.

Crédit photo de couverture : Massif des Bauges, Bureau des Guides d’Annecy